#6729
Frédéric
Participant

Si on considère le kata comme la synthèse d’un expert visant à répondre à un nombre varié de situations d’agression, nécessairement on va retrouver les mêmes situations dans différents katas et les principes vont être les mêmes ou similaires.

On retrouvera sans doute dans chaque kata une forme d’expression de ces principes propre à chaque créateur (et experts suivants qui auront apporté leurs variations).

Dans cette configuration, les anciens maîtres d’Okinawa pouvaient donc considérer qu’ils n’avaient pas besoin d’un grand nombre de katas pour couvrir les différents principes et situations de défense, tout en apportant des modifications résultants de leurs recherches. On peut aussi imaginer qu’à l’époque de ces anciens maîtres l’étude du kata portait sur l’ensemble des variantes qui s’expriment aujourd’hui dans les différents styles (au delà des changements dus à l’effet “téléphone arabe”).

Connaitre les katas de nos styles est important pour la transmission, mais sans doute que la maîtrise des grands principes peut se faire via l’approfondissement ciblé de certains katas et de leurs variantes. Ce qui représente déjà un gros morceau.